Billetterie en ligne

A la Une Actualité de l'union

Bourse jeunes reporters : Camille Marigaux et Elsa Dorey, grand cru de l’édition 2016

Depuis plusieurs année l’UCP2F décerne deux prix pour la bourse jeunes reporteurs. L’année dernière, le podium était 100% féminin. Camille Marigaux a reçu le premier prix pour son projet de reportage, « Radio NASA : Les Ondes en Lutte pour la Terre » et Elsa Dorey, la deuxième lauréate, a été récompensée pour « Bassin de Lacq : l’intox derrière les fumées ». Chacune ont reçu une bourse de 2 000€ lors des Assises du journalisme 2016 à Tours. Rencontre avec les deux lauréates de 2016.

Camille Marigaux

Comment avez-vous entendu parler de la bourse jeunes reporteurs ?

A l’époque j’étudiais à l’école de journalisme de Lille et j’en ai entendu parler là-bas. L’école avait fait une liste de plusieurs bourses existantes, dont celle-ci. 

Pourquoi avoir candidaté ?

Le sujet « politique environnement et média » interpellait. Nous étions déjà sur un projet de voyage en Colombie concernant une population indigène qui possédait son propre média communautaire pour défendre ses terres et lutter contre le pouvoir en place. Le thème de la bourse collait beaucoup avec ce projet, alors nous avons trouvé assez pertinent de postuler.

Comment vous êtes vous préparé jusqu’au grand jour ?

Nous avons énormément travaillé le sujet, nous avons rencontré des chercheurs ainsi que des journalistes. Nous sommes aussi rentrés en contact avec des gens sur place, français et colombiens et des associations afin de baliser le terrain. Internet nous a beaucoup aidé. Quand nous sommes parties avec ma collègue, tout ne s’est pas passé comme prévu mais c‘était le jeu et nous y étions préparées. 

Combien de temps êtes vous restées en Colombie ?

Nous sommes restées un mois sur place.

Professionnellement, est-ce que ce prix vous a ouvert des portes ?

Oui je pense car cela m’a motivé à postuler à d’autres concours et faire des reportages sur un autre sujet en direct de la Colombie pour un autre média. Ce prix nous a permis d’étendre le projet à d’autres contenus et d’autres collaborations, RFI notamment.

Qu’avez-vous fait des 2000€ ?

Les 2000€ nous ont permis de financer le billet d’avion et de rembourser le matériel emmené là-bas. 

Quels conseils donneriez vous aux futurs candidats ?

Il est nécessaire d’avoir une idée ou un projet clé en main ainsi qu’une idée bien précise de l’angle, du terrain et de tous les éléments qui entourent ce projet. C’est très utile d’avoir un canevas assez brodé avant de partir. Et surtout persévérer.

Elsa Dorey: 

Comment avez-vous entendu parler de la bourse jeunes reporteurs ?

Avec Ariane Puccini, ma collègue, nous avons cherché sur internet les bourses existantes auxquelles nous pourrions participer. Nous avons trouvé la présentation de la bourse jeunes reporters sur plusieurs sites de Club de la Presse en France.

Pourquoi avoir candidaté ?

Les critères correspondaient parfaitement au travail que nous étions en train de mener. J’ai travaillé sur le site industriel de Lacq où nous retrouvons une importante implantation d’usines de pétrochimie, d’extraction de gaz et de fabrication de produits chimiques. Lors de nos recherches nous avons constaté une grosse omerta autour des pollutions recrachées par les usines. Ce sujet englobe aussi le monde politique local. De ce fait, les critères et la thématique de la bourse tombaient très juste.

Comment vous êtes vous préparée jusqu’au grand jour ?

J’ai vraiment bien lu les consignes de la bourse, il y avait un dossier précis à présenter. Il s’agissait d’un gros synopsis qui reprenait les grandes lignes du sujet. Nous avons donc commencé à regarder ce qu’il s’était fait dans la presse. J’ai fait beaucoup de recherches historiques sur les dossiers parus car c’est un sujet qui se voit sur le long terme. Une histoire très ancrée dans un territoire. J’avais aussi déjà fait quelques interviews sur place. C’était un projet déjà commencé à vrai dire. La bourse nous a plus aidé à continuer qu’à commencer en réalité. Nous avions déjà engagé quelques frais alors ce prix nous a soutenu, permis d’avancer, et nous a donné plus de temps avant publication. Ce genre de bourse permet de tenir avant publication.

Professionnellement, est-ce que ce prix vous a ouvert des portes ?

Nous n’avons pas beaucoup communiqué sur le fait de recevoir cette bourse. L’article vient de paraître. Nous avons essayé de rester les plus discrètes possibles pour protéger notre travail et les sources que nous avions. Au contraire, nous ne voulions pas nous fermer de portes en communiquant trop. Par contre, je n’avais jamais reçu de bourse avant, le fait de recevoir un prix est une façon d’être reconnue par ses pairs sur un projet.

Qu’avez-vous fait des 2000€ ?

Les 2000€ couvraient les frais déjà engagés. Ils ont surtout permis de continuer car c’est un travail au long cours, on ne rentre jamais dans nos frais avec une enquête comme celle-ci.

Quels conseils donneriez vous aux futurs candidats ?

Avec Ariane, nous avons insisté sur le contenu mais aussi sur la présentation, nous avons récupéré des photos d’archives afin d’enrichir en image alors que ce n’était pas demandé. Je pense qu’il faut illustrer, dans le journalisme le texte compte mais la présentation aussi. Les images attirent. Il faut aussi être assez pragmatique sur les moyens et le budget. Essayer de montrer le plus précisément possible ce que peuvent être les dépenses prévues, montrer que l’on sait gérer et comprendre les retombées que le projet peut avoir. Proposer trop tôt un projet peut ébruiter un travail qui a besoin de temps pour mûrir. Il ne faut rien négliger.

« Bassin de Lacq : l’intox derrière les fumées » est publiée en plusieurs volets , voici le lien pour le 1er volet:

https://www.bastamag.net/Fumees-suspectes-odeurs-irritantes-et-surmortalite-inquietante-autour-du-bassin